Lecture

Un trek de 4 jours, à la recherche de la Cité Perd...

Un trek de 4 jours, à la recherche de la Cité Perdue en Colombie

A la base, la Colombie n’était pas du tout sur ma liste des pays à visiter. Pas dans un dans un futur proche en tout cas. J’avais des potes qui voyageaient en Colombie au moment où je voulais faire un break. Et j’ai simplement profité de cette occasion pour m’y rendre. Ils m’ont parlé de ce trek, qui avait de très bonnes notes sur le net. La Cité Perdue, est le trek le plus redoutable et le plus connu de Colombie.

Je leur avais dit que je voulais surtout voir du paysage et que je voulais être loin des grosses villes le plus possible, alors ça tombe bien.
trek_greenEntre l’inquiétude et l’excitation, on attendait le jour J avec impatience. Mes potes sont en vadrouille en Amérique latine depuis pratiquement un an. A mon arrivée à Minca, un petit village tout mignon dans le nord du pays, on trinque à nos retrouvailles. On profite aussi pour finaliser les dernières formalités pour le trek, nous partons dans deux jours !
trek_cité_perdue

Cela faisait un moment que je me préparais psychologiquement à le faire, sans vraiment attendre quoique ce soit de particulier. Je n’avais parcouru le programme et les commentaires que très rapidement. Je voulais me laisser surprendre au moment venu et découvrir les choses au fur et à mesure. Bonne nouvelle, je n’ai pas été déçue !

Dans le domaine naturel protégé par l’UNESCO de Sierra Nevada, le trek de la Cité Perdue se trouve dans le coeur de la biodiversité, près de la Mer des Caraïbes.

Quatre ou cinq jours de trek, quelle option choisir ?

Il y a beaucoup de compagnies qui proposent cette activité mais, elles se ressemblent un peu toutes. Les prix et la durée du trek sont plus ou moins pareils. La pension complète, le logement et le transport sont toujours inclus également. Nous avons finalement choisi Expotur en nous basant sur les feedbacks des clients. Et aussi parce que c’est la seule compagnie qui fournit une assurance à ses employés. J’ai vu récemment qu’ils faisaient la Cité Perdue en six jours aussi maintenant !

Le prix pour quatre ou cinq jours de trek dans la Cité Perdue est le même, à savoir un peu moins de 300€, négociable à l’agence. Certaines personnes prennent donc cinq jours, normal. Une journée de trek en plus avec bouffe et logements “gratuits” ça ne se refuse pas. Mais, étonnamment très peu de gens le font.

Quand on faisait nos recherches, pratiquement tous les commentaires disaient que le trek est intense, que nous allions en chier et qu’au bout de quatre jours, la seule chose dont on aura envie, c’est de rentrer. Bon, ça donne moyennement envie dit comme ça, mais notre côté maso nous pousse à le faire quand même. Donc la veille, étonnement on est tous toujours partants pour l’aventure. trek_couhcer_du_soleiltrek_feu

SPOIL => Je confirme, 4 jours c’est plus qu’assez pour ce trek #auboutdemavie

Nous étions un groupe de 12 personnes, dont une seule sur un programme de cinq jours. Notre guide est un jeune colombien qui a un anglais très approximatif, mais il essaye. L’ascension jusqu’à la Cité Perdue est d’environ deux jours, avec le même nombre de jours pour y revenir. Le 5ème jour est donc inutile et la fille nous a lâché à l’un des derniers stops le 4ème jour (pas loin de la fin du trajet donc).

Au fait, le 5eme jour n’est pas fait pour voir plus de choses mais, pour traîner un peu plus dans les refuges à attendre les groupes suivants qui sont partis un jour après nous et finir le trajet avec eux. On avait compris pourquoi les gens ne nous recommandaient pas de le faire. trek_diner

Fiers de nos efforts pendant ses 4 jours intenses, nous étions assez contents d’avoir retrouvé une douche et des vêtements propres au retour.

A quel point le trek de la Cité Perdue est dur ?

Tous ces commentaires sur internet nous ont fait un peu peur, mais je sais que les gens aiment exagérer. On ne peut juger que par soi-même et une fois en Colombie j’ai parlé à des personnes l’ayant fait et qui disait que ce n’était pas la fin du monde non plus. Les colombiens par contre, disaient qu’ils ne l’avaient jamais fait et ne le feraient jamais, car c’est trop dur. En gros ils ne veulent même pas essayer, car ils sont convaincus que c’est un truc de gros bourrin. trek_montagnestrek_campement

Expérience faite, c’est sûr qu’il faut quand même avoir une condition physique pas trop mal. On marche entre 6 et 8 heures par jour, en fonction du rythme du groupe et de la longueur des pauses. Les quatre jours de trajet sont des descentes et des montées en permanence ne laissant pas place à l’ennui. Il y a des moments où il n’y a que de la montée pendant une demi heure, sachant qu’on fait le même trajet pour le retour. Ouai, ce qui est dommage c’est qu’on ne fait pas un tour. C’est un aller-retour et tout ce qu’on descend, il faut le remonter au retour et vice versa. Il faut la trouver cette cité perdue…

Le pouvoir de la mère nature est sans limites. Une biosphère hors pair

Il faut beaucoup apprécier la marche et le sport en général. Ce qui est dur parfois c’est le fait de ne pas pouvoir se laver et changer de vêtements. On n’a qu’un petit sac à dos pour les 4 jours et ne pouvons pas emporter beaucoup de choses. Il fait très humide, parfois il pleut et parfois on tombe dans la rivière en mouillant tous nos vêtements et chaussures. Oui, ça m’est arrivé évidemment, quelle question…

Les fringues n’ont pas le temps de sécher. Il fait vraiment super humide la nuit et en journée il fait très chaud. Les vêtements (encore mouillés) qu’on mets sur nous le matin, restent mouillés toute la journée à cause de la transpiration intense et malheureusement inévitable. P**ain de cercle vicieux.  trek_traverser_rivièretrek_rivièreLes moustiques est une autre difficulté et pas des moindres. Malgré notre produit anti-moustique qu’on mettait de temps en temps, mais duquel on ne voulait pas abuser vu sa composition chimique pas très rassurante, on a collectionné de très beaux boutons. On n’arrive même pas à tous les compter tellement il y en a. A part ces petites bêtes, il y a des bêtes plus grosses qu’on croise sur notre chemin. treke_serpent trek_papillontrek_papillon_bleutrek_animaux

Pas si exténuant que ça au bout du compte

Mais ce que j’ai trouvé cool comparé à mes joggings à Londres ou à Paris c’est que dans la Sierra Nevada je ne m’essoufflais pas et ça c’est assez génial. J’ai l’habitude de cracher mes poumons dès que je commence à courir. Et là, j’ai été agréablement surprise de pouvoir grimper aussi haut, aussi vite et pendant aussi longtemps. Et ce, sans m’arrêter pour respirer un grand coup toutes les 2 minutes, comme ce que j’ai l’habitude de faire dans un environnement plus pollué.

La Sierra Nevada est un énorme espace naturel, entièrement couvert de verdure. C’est non seulement magnifique, mais l’air est aussi très pur grace à toute cette végétation. trek_sierra_nevada

A la rencontre du peuple indigène

On passe par des villages indigène Tayrona, Kogui… Ces peuples sont les gardiens de cet immense espace naturel. Et ils aident à le conserver.

trek_enfants_indigènes

A la rencontre du peuple indigène

trek_maisonstrek_enfantstrek_chevaltrek_camp

Le rythme de marche dépend beaucoup du groupe et du guide

Ayant essayé deux groupes différents, j’ai bien vu la différence. Notre groupe avait un vrai esprit de compétition et on a fait une bonne partie du trajet en courant pour ne pas être des “boulets” qui arrivent toujours en dernier. trek_guide

Arrivés à la cité perdue au matin du 3ème jour, nous nous sommes incrustés dans un autre groupe qui avait les explications en anglais et espagnol pour être sûr de bien comprendre et avons passés une matinée avec eux. Comparé à notre groupe, ceux-là prenaient leur temps pour se balader, faire des photos et le retour au campement n’a jamais été aussi lent.

Finalement, on a presque regretté notre groupe, même si on trouvait ça relou qu’il n’y ait pas vraiment d’esprit d’équipe. Les gens voulaient juste arriver en premier sans attendre les autres.

Il est toujours possible d’aller à son propre rythme et faire le trek tout seul évidemment. Mais du coup le guide est devant, il ne fait pas grand-chose à part montrer le chemin mais, on peut toujours lui poser des questions si on veut et s’il prend la peine de marcher avec nous. Les gens derrière ont moins de pression de groupe, mais ils n’ont personne pour les motiver. J’ai remarqué que je n’allais pas aussi vite quand j’étais derrière, car je n’avais personne qui m’intimidait.

Influence et performance du groupe

Cependant, j’ai voulu tester des rythmes différents et voir les nuances. J’ai été un peu avec les derniers, un peu au milieu, juste avec le guide, avec les premiers et finalement tout devant.

Tout dépend des affinités qui se forment, mais j’ai trouvé que c’était assez motivant de marcher avec des gens très enthousiastes, rapides et déterminés. On se tapait des délires dans les descentes, on courait, glissait dans la boue, sautait sur les grosses pierres pour traverser les rivières. On slalomait entre les gens venant à contresens, les mules et les motos. Et doublait les groupes de devant qu’on rattrapait en courant. trek_enfant_indigène

C’était méga sportif et je n’ai jamais autant sué de ma vie. J’avais horriblement mal aux jambes et au moins 5 ampoules sur les pieds. Mais c’était un challenge fun et sportif pour moi. (Et puis j’avais hâte de trouver la Cité Perdue enfin). Quand je suis chez moi, j’essaie de courir régulièrement, mais je ne fais pas énormément de sport “musculaire”. Et ce trek était un mélange de cardio, muscu, sport d’équipe, jolis paysages et une bonne bouffée d’oxygène.

Il n’y a pas de groupe parfait, ça dépend surtout de chacun, de si on veut s’intégrer dans l’équipe ou si on veut faire son truc en solo. Juste à noter que dans les points principaux où le guide attend les autres comme pour faire une pause snack, déjeuner ou donner une consigne, les derniers arrivés ont beaucoup moins de temps de pause.

Quel matos prendre ?

A savoir que le matos n’est pas fourni et il faut penser à tout prendre soi-même. On reçoit un e-mail avec tout le matériel nécessaire à prendre avec soi et je recommande de le suivre. Surtout prendre des vêtements de rechange si possible et en matière qui sèche vite. On ne peut pas laisser nos vêtements sécher dans un campement, car on ne revient au même endroit qu’au bout de quelques jours. On ne peut donc pas les laisser là-bas et de toute façon on en a besoin, étant donné le peu de fringues qu’on doit prendre :

  • Des sous-vêtements pour 4 jours
  • 1 pantalon
  • Le short pyjama
  • 1 t-shirt pour l’aller, qui est donc de deux jours
  • 1 autre t-shirt pour les 2 jours de retour
  • Mon t-shirt pour dormir et traîner au campement après avoir pris une douche

J’avais remis ce t-shirt-pyjama le dernier jour, car c’était le seul t-shirt sec que j’avais. Je ne voulais pas remettre le t-shirt encore mouillé de la veille, car c’était le dernier jour de toute façon. Il a été ruiné dès les premières minutes de marche aussi mais bon. C’est fou ce qu’on peut transpirer ?!

Ce n’est pas obligatoire, mais hautement recommandé de prendre des bâtons. Je n’en avais pas, mais il y a souvent des bouts de bois par terre. J’ai trouvé le mien un peu plus loin dans la forêt le premier jour. Il y a beaucoup d’arbres et forcément beaucoup de branches qui traînaient, je conseille fortement d’en chopper une ou deux, ça aide vachement dans les montées ainsi que dans les descentes.

Alors, sans regret ?

Ce petit trek de la Cité Perdue de quatre jours est l’un des treks les plus chers de l’Amérique du Sud. Je l’ai tout de même apprécié et le conseille à tous ceux qui cherchent à couper de la civilisation pour quelques jours. Vous serez en communion avec la nature, sans internet, sans eau chaude et sans vraiment de confort. Mais la beauté des paysages, les chants des oiseaux et la bonne fatigue feraient presque oublier l’inconfort. trek_nuit

Globalement, ce qu’on retient c’est que les paysages sont sincèrement super beaux. Il faut évidemment avoir une bonne condition physique et il ne faut pas avoir peur de se mouiller. Il faut aussi accepter de dormir dans des hamacs à la belle étoile, se nouer d’amitié avec les moustiques et se laver dans la rivière. Sans parler de remettre ses vêtements encore trempés de sueur tout le long du trek. trek_moustiquairetrek_douche_rivièretrek_hamac

Prenez de bonnes chaussures de marche et portez les un peu avant le trek pour éviter les ampoules. N’oubliez pas votre bouteille d’eau, votre anti-moustique et crème solaire. Des pansements et des dolipranes au cas où et peut-être un gel désinfectant pour les mains, car il n’y a pas toujours d’eau et encore moins de savon. Pensez à un paquet de mouchoirs, car il n’y a jamais de PQ dans les toilettes.

Habillez vous léger et n’oubliez pas votre maillot de bain, un parka et votre casquette. Prévenez votre mère qu’elle n’aura pas de vos nouvelles pendant quatre jours et ça y est, vous êtes parés pour le trek de la Cité Perdue que vous n’êtes pas prêts d’oublier ! trek_pont_suspendu

Ce trek est dans le top 10 des choses que j’ai préféré en Colombie

Commentaires

Commentaires


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

INSTAGRAM
Suivez-moi !